mains htsma.jpeg

L'HTSMA (TLMR)

TLMR « Thérapie du lien et des mondes relationnels » anciennement appelée l’HTSMA (Hypnose, Thérapies Stratégiques et Mouvements Alternatifs), a été conceptualisé par le Dr Éric Bardot à partir de son intérêt pour l’attachement désorganisé chez l’enfant et le monde psychotraumatique.

Son idée est la suivante : Comment la relation humaine, dans la diversité de ses potentialités, peut-elle être mobilisée au service de la thérapie, afin d’accompagner le patient à se séparer des effets destructeurs de ce monde traumatique ?

L’approche intrapsychique des problématiques humaines, pour stimulante qu’elle puisse être intellectuellement, montre une efficience relative dans ce type de problématique qui peut prendre toutes les formes de la pathologie mentale et psychosomatique. De son expérience de pédopsychiatre, il a retiré trois points importants qui l’amèneront, dans une approche humaniste et phénoménologique, à l’hypnose Ericksonienne :

  • l’importance de l’observation,

  • la place centrale du corps dans le développement de l’enfant tant psychomoteur qu’affectif et cognitif,

  • l’importance du jeu, du « comme si », de la capacité à jouer (effets d’apprentissage, de lâcher prise..).

Les influences de Jacob Levy Moreno d’une part, de John Bowlby et de Daniel Stern de l’autre, l’ont préparé à s’engager dans une approche relationnelle et interactionnelle des problématiques humaines.

À partir de sa formation en hypnose et, animé par cette idée, il va découvrir l’œuvre de Grégory Bateson, le travail de l’école de Palo Alto, puis l’approche de Steve de Shazer orientée solution, l’EMDR de Francine Shapiro, l’approche narrative de Mickael White qui vont influencer la modélisation de la HTSMA (TLMR).
La question du sens, et particulièrement du sens de la vie, comme l’exprimerait Victor Frankl, a également été présente, questionnant le rapport à la mort, à la folie, à l’exclusion et au-delà, à la question centrale de la transmission. La HTSMA (TLMR) se définit comme une approche thérapeutique pragmatique et naturaliste prenant en compte la complexité des relations humaines. Elle part de l’idée que seuls les liens peuvent se modifier. Il s’agit dans un premier temps de transformer la déclinaison des problématiques sur un mode identitaire et intrapsychique en une mise en scène de la problématique sur un mode relationnel et interactionnel.
L’idée est d’accéder aux processus relationnels afin de les modifier dans un travail de coopération patient/thérapeute orienté vers les objectifs de vie du patient.

Voici mon témoignage concernant la TLMR :